L’étude évalue la téléconsultation neuropsychologique mis en place par le réseau Aloïs depuis 2014 entre l’Ardèche et Paris.

Le réseau Aloïs lancé en 2004 propose aux patients présentant des troubles cognitifs une consultation mémoire ambulatoire.

​Parmi les objectifs de ce réseau figure le développement d’un réseau de téléconsultations mémoire dans les déserts médicaux et pour les personnes à mobilité réduite ou éloignées (Français de l’Etranger), sur le modèle opéré entre Aloïs et l’hôpital de Moze en Ardèche depuis 2014.

Au bout d’un an la consultation a permis de constater une mobilisation des médecins généralistes des environs et une forte demande des patients. Elle a permis de poser un diagnostic chez 94 patients dont 40% atteints de maladie d’Alzheimer. Ce diagnostic a été posé à un stade léger (MMS moyen à 22 versus 17 (stade modéré) au niveau national). L’âge moyen des patients était de 76 ans. 

Comme aucune étude évaluant la fiabilité d’une consultation neuropsychologique par vidéo versus une consultation neuropsychologique standard en face-à-face n’a été réalisée auparavant en France, le RESEAU ALOIS a décidé de lancer une étude appelée E-Cog.

Financée par KLESIA en partenariat avec la société ​KAPPA Santé pour la partie réglementaire et statistique et le CHU d’AVICENNE pour la collaboration scientifique, l’objectif principal de ce projet est de valider le procédé de téléconsultation (apporter « la preuve du concept ») en évaluant la concordance des profils cognitifs entre les résultats obtenus à l’issue de la téléconsultation et ceux issus de la passation classique.

L’étude permettra également d’évaluer le niveau de stress, d’anxiété et de dépression des patients selon le type de passation de l’examen neuropsychologique ; l’effet d’apprentissage entre deux consultations neuropsychologiques ; et la perception des intervenants quant à la téléconsultation. 

L’étude a démarré en avril 2015, les premiers patients ont déjà été recrutés et évalués par le neuropsychologue en charge de l’étude. Ces derniers seront revus dans 4 mois, ou bien en face à face, ou bien en téléconsultation, selon le tirage au sort. L’étude durera environ 18 mois. 

Avant la fin de l’année, une téléconsultation devrait être lancée sur le même modèle entre Paris et l’Algérie (Alger et Annaba) pour les Francophones ayant une plainte cognitive. Des projets avec des EHPAD sont également en cours de réflexion.

La réalisation d’une étude clinique de télémédecine portant sur le modèle de consultation mis en place par le réseau Aloïs ne peut qu’améliorer les connaissances dans ce domaine et permettre d’apporter les éléments de preuves scientifiques nécessaires au déploiement de ce type d’organisation innovante.