cancer

A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, UNICANCER, la fédération des centre de lutte contre le cancer, a présenté 60 propositions pour l’élection présidentielle 2017.

Parmi les 60 propositions du rapport, la sixième proposition clé concerne l’e-santé et vise à « profiter des opportunités créées par la e-santé pour rendre les patients acteurs de leur parcours de soins ».

unicancer« Les propositions d’UNICANCER, la fédération des Centres de lutte contre le cancer (CLCC), pour réussir la transition oncologique sont le fruit d’un travail collaboratif avec l’ensemble des Centres de lutte contre le cancer. Acteurs majeurs de la cancérologie en France, à l’avant-garde des soins et de la recherche, les CLCC présentent aujourd’hui aux candidats à l’élection présidentielle 2017 leur vision sur la cancérologie de demain fondée sur leur expertise et leur expérience. Leurs propositions s’inspirent également des trois études prospectives sur l’évolution de la prise en charge en cancérologie à horizon 2025 menées en 2013, 2014 et 2016. »

La vision d’UNICANCER est de favoriser le développement de l’e-santé pour le patient connecté, la santé connectée, et l’interaction entre les professionnels de santé. En pratique, la première mesure avancée concerne le développement de la formation des professionnels de santé à ces enjeux.

Concernant la télémédecine, UNICANCER souhaite « faciliter et valoriser la mise en œuvre de téléconsultations et de télé-RCP », ainsi que du « télé-suivi, voire des deuxièmes avis ».  Concernant le suivi, UNICANCER souhaite voir un financement et un encadrement de  « la mise à disposition des outils permettant une dispensation optimale des soins de suivi » car ces outils « deviennent indispensables » du fait de « l’allongement de la survie des patients et l’augmentation du nombre de patients à suivre ou à surveiller ».

La situation actuelle de l’utilisation de la télémédecine en oncologie en France est à ses débuts et pourrait considérablement se développer d’ici les cinq prochaines années. A ce jour, seul un candidat à l’élection présidentielle a évoqué l’utilisation de la télémédecine pour améliorer la prise en charge des cancers (Article du 26/01/2017).